mardi 22 mai 2018

- Édito



A lire tant que c'est chaud, le récit de la montée sèche sur le donjon de Quéribus:

La Castelejar



Le blog n'est pas mort, il bouge encore !

Voici le récit du




Toujours le récit de Gruissan en attente, je vais essayer d'agir, mais aussi très bientôt celui de Quillan. Promis !




Pour les lecteurs fidèles, un petit scoop en avant première :

SCOOP !


Ca va venir, bientôt le compte rendu de Gruissan, écrit à quatre mains.







C'est parti pour 2018 !

Avec déjà deux épreuves courues. Ne vous fiez pas au sourire, il y a un piège.

Trail de Bize Minervois








C'était glacial, c'était compliqué, mais c'était quand même une belle expérience.








Retour sur la route pour le 10km de Portet :






Dernier kilomètre vertical de la saison, du côté d'Arles sur Tech :





Retour sur ce blog avec une sortie montagne du côté d'Aulus :
***
La suite se passe donc sur mon nouveau blog :










Une belle marche qui date du weekend de l'Ascension, entre Aude, Ariège et Pyrénées Orientales.






Sans doute la fin d'une époque, la mise en forme de ce blog étant trop lourde, surtout pour les photos, je tente une migration ailleurs.
Vous pourrez donc continuer à suivre Sentier Libre à l'adresse ci-dessous.
On ne se perd pas de vue, et à bientôt sur les sentiers !






Quelques photos d'une belle rando dans la vallée de Soulcem.




Avant d'aborder la saison des KV retour sur le Trail du Pays de Sault, couru dans le cadre du Défi Sud Trail's.

Trail du Pays de Sault


C'est une classique du calendrier trail, mais ça reste une course pas très simple à gérer.

Retour sur le dernier Trail de Quéribus, juste avant d'aller affronter celui du Pays de Sault.

Trail de Quéribus



Compte-rendu du Trail de la Massane, en version touriste.

Trail de la Massane



Ca n'arrête plus ! Après le compte-rendu de Gruissan, voici celui de Quillan.





Le récit de Gruissan étant sorti, celui de Quillan suivra bientôt. Promis !

Gruissan Las Caladas





C'était sans doute la dernière course de cette année. Retour sur ce classique 10km dont j'ai participé à toutes les éditions depuis mes débuts en 2003.

BOUCLE DU CONFLUENT






J'ai profité de cette période de récupération pour rafraîchir un peu ma bible, enrichie par ces années d'ultra et la dernière expérience sur le Tour des Cirques.
Voici l'Evangile selon Saint Michel :




La Castelejar (montée Quéribus)



Comme me l'aura dit un philosophe local : "Ici la vérité du jour n'est pas celle du lendemain". Il ne faut donc pas s'étonner que sur cette Castelejar ou montée au donjon de Quéribus depuis Cucugnan, peu de choses se passent comme annoncé. La course se fera donc en contre la montre et pas en groupe, avec un départ neutralisé jusqu'au pied du sentier, le ravito annoncé sur le parcours sera finalement à l'arrivée et les bâtons seront interdits, dommage pour ceux qui l'apprendront sur la ligne de départ.


Ceci posé, passons à la course. Après un bon échauffement, on part donc au ralenti du centre de Cucugnan pour rejoindre le point de départ. Le cheval qui ouvre le parcours est un peu réticent, on s'adapte. Et puis on a heureusement évité de débuter la montée par une rue goudronnée en forte descente, ce qui est appréciable.



On démarre donc au pied du sentier cathare, pour 2,4km et 450m de dénivelé positif.

Le début se court, puis les passages alternent en passages plus raides où il faut marcher et grosses relances. Parti cinquième dans l'ordre des dossards, je reprends très vite les quatre premiers, et je fais donc la course en tête.



Je suis surpris d'arriver sur le replat en haut du sentier en seulement douze minutes. Je relance en vue du donjon, puis à la bascule sur le parking du château c'est sans surprise que je vois le petit jeune me fondre dessus. C'est un cadet et je l'avais senti avec un gros potentiel avant le départ.



Comme j'avais le doux rêve de faire un gros truc ici avec seulement quinze inscrits, et pourquoi pas une victoire, je prends un petit coup au moral. Impossible de suivre ce cadet, je sauve les meubles comme je peux. Je me suis bien défoncé jusque-là et la montée finale de Quéribus est très dure. Les hautes marches en pierre s'enchainent et j'ai du mal à les gravir. Je passe la cour, puis pénètre dans le donjon où il ne reste que l'escalier en colimaçon à affronter. C'est dur, je monte plus à quatre pattes que debout et j'entends plus bas des coureurs qui se rapprochent.




J’atteins enfin la terrasse, explosé, à bout de souffle. Je suis mort, comme tous ceux qui vont suivre. Mais heureux, on s'est bien défoncé.

Finalement avec un chrono de 21'16" je serai quatrième, derrière un cadet, un junior et un sénior.

Après avoir récupéré grâce au petit ravito installé en haut, je redescends par le sentier par endroits bien technique.







Il ne restait plus ensuite qu'à vivre les dernières surprises, une remise des prix avec horaire avancé et une bouteille pour chaque participant. 

Finalement une belle course, courte mais explosive et dans un super cadre. Dommage qu'il n'y ait pas eu plus de participants mais l'horaire, un samedi matin quand toutes les autres courses sont le dimanche, a dû jouer en sa défaveur.
Les résultats :